Syndicat des Directeurs, Instituteurs et Professeurs des Écoles. Section de la Gironde
17 Quai de la Monnaie - 33080 BORDEAUX CEDEX | 05 57 95 07 61 | snudifo33@yahoo.fr


29 juin 2018 |
FlashActu 115 : Contractuels, animations pédagogiques, PES : Compte-rendu du CDFC du 27 juin
Publié; le 29 juin 2018, mis à jour le 2 juillet 2018 | Snudi Fo 33

Conseil Départemental de Formation


Mercredi 27 juin 2018

Alors que même le dernier rapport de diagnostic sur l’évaluation de la politique publique sur la formation continue des professeurs du 1er degré, met en évidence le constat selon lequel les formations sont inadaptées aux attentes des professeurs des écoles, peu efficaces au regard des attentes institutionnelles…

Alors même que nous assistons à une « crise du recrutement » chez les enseignants…. Le dernier Conseil de Formation, loin de nous rassurer, nous a annoncé les directives pour l’année prochaine.

Nous pouvons en effet parler de directives puisque le choix des parcours de formation (déjà bien entaillé), n’est réduit aujourd’hui qu’à peau de chagrin…Démonstration :

Une « Formation Continue » qui n’en a plus que le nom …

Extrait de la déclaration préalable FO :

L’administration nous a soumis les axes du plan de formation qui se fera selon 4 entrées : Lire,écrire, compter, respecter autrui.

Les formations seront donc réparties sur la base suivante : cycle 2et 3 / 9h de maths et 9h de français – En Cycle 1 l’épanouissement de l’élève et l’entrée dans les apprentissages. Une priorité ministérielle est donnée sur l’apprentissage de la lecture.

Tous les autres modules de formation seraient, selon la hiérarchie, hors 18h. Ce serait notamment le cas des formations relatives aux parcours culturels, très développés en Gironde. Il a été annoncé « Si vous vous inscrivez dès le mois de juin dans un parcours culturel pour l’année prochaine, vos formations seront basées sur le volontariat.

Pour FO, il n’est pas concevable que la formation se fasse sur la base du bénévolat.

Pour FO c’est la confiscation de la formation continue des enseignants par le ministère pour imposer une pédagogie officielle. Le libre choix des enseignants de choisir leur formation disparait.

Avec le PPCR c’est également une invitation au travail bénévole : si nous acceptons de suivre des formations « basées sur le volontariat » cela agrémentera peut-être positivement la grille d’évaluation lors du RDV de carrière….

FO considère qu’une réelle formation continue des enseignants ne peut s’inscrire uniquement dans le cadre des 18h d’animations pédagogiques annuelles et imposées.

Nous revendiquons toujours le retour au droit à la formation continue de 36 semaines à minima sur la carrière, sur le temps de travail, sur la base du volontariat, et répondant aux besoins des enseignants.

Il nous est également stipulé que la participation à ces autres formations sera entrée dans le parcours personnel des enseignants, donnera lieu à remboursement des frais de déplacements via le logiciel GAIA , et servira à agrémenter la grille d’évaluation du RDV de carrière !!!

Conséquence du PPCR et souhait de notre hiérarchie : travaillez bénévolement et vous serez mieux vus par vos supérieurs !

Cela s’appelle de la SERVILITÉ

De plus, les zones de formation, comme cette année, restent 4 GRANDS secteurs, dont le secteur sud qui part de la côte atlantique jusqu’aux portes de la Dordogne …

Prévoyez votre journée pour aller aux 3h de formation le mercredi !

D’ailleurs, étant donné que certaines écoles sont encore à 4,5 jours, des formations seront encore organisées le soir..suivant les secteurs..

FO est farouchement opposée au plan de formation tel qu’il nous est imposé et appelle les collègues à faire valoir leur droit :

Que l’animation pédagogique s’intitule :

« Enfiler des perles au cycle 1 »

« Mettre les pendules à l’heure au cycle 2 »

Ou « Jouer du pipeau au cycle 3 »

*En possession d’un ordre de mission GAIA, l’ensemble du temps de présence se décompte des ORS, soit des 18h d’animations pédagogiques.

*En l’absence d’ordre de mission GAIA, il s’agit d’une simple invitation…. qui par définition peut se décliner.

« Formation Initiale » : PES à bout de souffle

Extrait de la déclaration préalable FO :

Par nos visites sur le terrain nous constatons que les difficultés persistent.

Les PES, en cette fin d’année, se sentent stressés compte tenu de la charge de travail, face aux exigences parfois contradictoires des différents intervenants. Nous notons également un nombre de démissions qui paraît être au-delà du chiffre annoncé de ¾ par département.

De plus, 36 % des PES ne sont pas issus du M1-M2 MEEF. Ils sont des publics variés qui n’ont pas les mêmes attentes de formation. Or celle-ci ne répond que partiellement à leurs attentes.

Concernant les écoles berceaux accueillant ces PES, beaucoup d’entre eux ont exprimés leurs inquiétudes quant à la nouvelle organisation à mettre en place et à la surchage de travail occasionnée par cette nomination. Les collègues accompagnent volontiers les PES dans leur année de titularisation, ce qui représente une surcharge de travail non négligeable. Nous rappelons à cet égard que cet accompagnement n’est en aucun cas une obligation de service et ne peut se substituer à un suivi effectif par l’institution.

D’autre part, le ministère impose que la maquette d’enseignement ne puisse excéder 300h de formation par an en présentiel. En Gironde, la maquette proposée par l’ESPE en 2017-2018 se situe au-delà de ce cadre des 300 heures. Ceci avait déjà été souligné lors du dernier Conseil, quelles perspectives se dessinent pour 2018-2019 ?

Tout cela contribue à la déliquescence persistante de la formation initiale. D’ailleurs n’assistons-nous pas à une « crise du recrutement des enseignants ?

Nous continuons de revendiquer :

- Une réelle bienveillance englobant le respect du stagiaire et la prise en compte de la complexité du métier.

- Une formation en présentiel et l’abandon de la formation à distance

- L’abandon de la mastérisation et un retour au recrutement par concours après la licence (Bac + 3)

-Une formation professionnelle sur au moins deux années

-Une formation professionnelle qui prépare et délivre des ‘’outils’’ pour les huit niveaux de l’école primaire.

-Une formation incluant des stages avec un statut de véritable stagiaire et non d’un emploi à mi-temps sur ½ ETP (Equivalent temps plein) entretenant une confusion entre stagiaire et titulaire d’une classe.

Surchargés de travail, tiraillés entre deux statuts (celui de stagiaire et de PE à ½ temps), tentant de répondre à des exigences qui peuvent être très différentes d’une personne à l’autre…), les PES font une entrée dans le métier plus que stressante.

Sur les 260 PES à l’origine, seulement 221 sont certains d’être titularisés.

Il y a eu 8 démissions en Gironde. L’administration nous rassure : « Ce ne sont pas les conditions d’exercice qui ont fait démissionner mais une erreur d’orientation… »

21 PES seront reçus par le jury de la commission de titularisation. Peut-être le recteur signera-t-il leur arrêté ? Ou pas…réponse mi-juillet…

Il manque 6 écoles berceaux sur la Gironde pour la rentrée 2018. Certaines écoles se sont désistées, mettant légitimement en avant une surcharge de travail qui, encore une fois, repose sur les épaules des collègues PE.

Le SNUDI FO 33 invite tous les PES convoqués par le jury académique à se rapprocher du SNUDI FO 33 : snudifo33@yahoo.fr


Contractuels : précarité et servilité contre le statut et les garanties collectives !


Extrait de la déclaration préalable FO :

Aujourd’hui en Gironde le constat nous alarme : une quarantaine de contractuels a été recrutée alors que le chiffre de « 20 maximum » nous a été annoncé au 1er conseil de formation.

Nos craintes se confirment : petit à petit nous nous inscrivons dans une politique pérenne de recrutement de contractuels. Or, d’après les remontées du terrain, il est démontré que leurs conditions de travail sont loin d’être confortables : nombre d’entre eux se plaint de ne pas avoir reçu de formation ni d’accompagnement suffisants de l’institution. Quelles perspectives se dessinent pour l’avenir ? Une embauche massive de contractuels face à la crise du recrutement ?

Nous souhaitons rappeler en parallèle que, pourtant, l’article 3 de la loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 interdit l’embauche de contractuels pour occuper les postes permanents restés vacants. Il fait obligation au ministre de procéder au recrutement des candidats inscrits sur la liste complémentaire du CRPE. De plus, FO rappelle que le recours à la liste complémentaire est possible jusqu’à l’ouverture du prochain concours du CRPE, conformément à l’article 8 du décret n° 90-680

Nous sommes opposés à la contractualisation croissante des enseignants qui ne leur garantit aucun droit collectif et s’inscrit dans une logique de précarité de notre métier. FO revendique le recrutement de titulaires fonctionnaires d’état à hauteur des besoins.

Mais la réponse est claire et sans appel en face « Nous continuerons de recruter des contractuels pour mettre un enseignant devant chaque classe »

La hiérarchie sait tourner une situation très insatisfaisante en solution idéale !

· « Ce sont des gens très motivés, on les recrute sur lettre de motivation et entretien ! Non, ils n’ont pas de souci dans les classes et sont bien accompagnés … »

· « Vu qu’à partir de septembre on va en embaucher encore plus, on va quand même essayer de mieux les accompagner et d’anticiper pour intervenir plus rapidement si besoin »

· Nous avons enfin entendu « Pour le bien de l’école il vaut mieux ne pas ébruiter qu’il y a un contractuel dans l’école… »

Les enseignants contractuels dans vos écoles ont besoin d’être organisés et leurs intérêts défendus : Encouragez-les à se rapprocher du SNUDI FO33

En conclusion, l’avenir des formations initiales et continues ne cesse de se réduire à peau de chagrin. Loin de répondre aux besoins des personnels mais répondant clairement aux injonctions ministérielles, le métier de professeur des écoles tend à devenir une simple mise en place de lignes directives hiérarchiques, avec des contraintes budgétaires de plus en plus drastiques…

« Rien ne prédispose plus au conformisme que le manque de formation »

Peut-être est-ce finalement le chemin vers lequel ces directives aimeraient nous mener ?…

Sophie RATIE, Claire RETAULT, Patrick MOURAS, Jean-Claude DEVAUTOUR

Délégués FO au CDFC 33

cale

Vous n'êtes pas identifié. Cet article n'est disponible que pour les Adhérents.
Rechercher sur le Site
Dans la même Rubrique
... | < 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 |>
SPIP 2.0.25 [21260] habillé par le Snudi Fo