Syndicat des Directeurs, Instituteurs et Professeurs des Écoles. Section de la Gironde
17 Quai de la Monnaie - 33080 BORDEAUX CEDEX | 05 57 95 07 61 | snudifo33@yahoo.fr


1er septembre 2017 |
FlashActu 04 : RENTRÉE 2017 : peut-elle avoir lieu dans ces conditions inacceptables ?
Publié; le 1er septembre 2017 | Snudi Fo 33

La rentrée 2017 : peut-elle avoir lieu dans ces conditions inacceptables ?

Lors de sa conférence de presse de rentrée, le ministre de l’Éducation nationale annonçant une prétendue hausse du budget consacré à son ministère a rappelé que l’Éducation avait été définie comme une « priorité » par le président Macron. Force est de constater que la réalité dément cette affirmation.

Des milliers de contrats aidés menacés de licenciement

La rentrée est marquée par la décision du gouvernement de supprimer 150 000 emplois aidés (CAECUI) dans les communes, les hôpitaux… dont 20 000 dans l’Éducation nationale. Dans les Landes 80 CAE ne sont pas renouvelés, 40 à Paris... Comment assurer le fonctionnement des cantines, l’entretien des écoles, l’aide administrative à la direction, le périscolaire si les personnels chargés d’effectuer ces missions voient leurs emplois supprimés ? Qu’en sera-t-il des accompagnants les enfants handicapés ? La rentrée va se dérouler dans des conditions inacceptables.

Face à ces suppressions, les maires de 18 communes de La Réunion ont reporté la rentrée de 5 jours.

Dans le Gard et le Calvados, en Bretagne, plusieurs communes ont annoncé un report de la rentrée scolaire, faute de contrats aidés.

Dans la commune du Tampon (La Réunion) les enseignants sont en grève ce 31 août pour le maintien de tous les ATSEM en contrats aidés.

● Devant ce plan social, le SNUDI-FO, avec sa fédération, exige qu’aucun contrat aidé ne perde son emploi. Il invite les enseignants et les écoles à contacter le SNUDI-FO pour organiser leur défense.

CP dédoublés : Les conséquences de ce dispositif

provoquent la colère des enseignants en REP+.

Ce dispositif, présenté à grand renfort de communication par le ministre, se met en place au détriment des autres classes. Elles se retrouvent plus chargées avec, très souvent, des postes de remplaçants qui sont supprimés. Ainsi, en Haute-Loire, 5 postes de remplaçants sont supprimés. Dans la Somme, 11 postes de remplaçants ont été utilisés pour le dédoublement des CP en REP+.

Des organisations de classes décidées par les collèges sont retoquées par les IEN au mépris de la règlementation. Ces postes sont même parfois profilés et attribués de manière arbitraire.

Les conséquences de ce dispositif provoquent la colère des personnels affectés en REP+. Dans le Rhône, les collègues seront d’ailleurs en grève le jour de la rentrée, à l’appel du SNUDI-FO, du SNUipp-FSU, de la CGT Educ’action et de SUD Éducation.

Les priorités du ministre, c’est plus de dérèglementation et d’autonomie.

M. Blanquer confirme sa volonté d’aller plus loin dans l’autonomie des écoles et des établissements : « Mon objectif est simple : des établissements avec des équipes unies, partageant un projet éducatif fort. Dans ce cadre, oui, il est logique que le chef d’établissement ait un rôle à jouer en matière de recrutement »

Avec la mise en place de la réforme de l’évaluation en cette rentrée scolaire, qui implique que les enseignants soient évalués sur leur capacité à « contribuer à l’action de la communauté éducative et coopérer avec les parents d’élèves et les partenaires de l’école/établissement », un nouvel outil se met en place pour augmenter les pressions sur les personnels.

En quelques jours, de 36,8 % des communes

retourne à la semaine de 4 jours sur 36 semaines.

Cette rentrée scolaire est marquée par le retour, en quelques jours, de 36,8 % des communes à la semaine de 4 jours sur 36 semaines. Pour le SNUDI-FO, cela ne fait que confirmer le rejet profond de la réforme Peillon-Hamon des rythmes scolaires par les enseignants, mais aussi les parents et les élus locaux.

Ainsi, dans les Pyrénées-Atlantiques, la mobilisation des élus a ramené de 100 à 9, le nombre de refus au retour à la semaine de 4 jours. Dans le Maine-et-Loire 4 communes supplémentaires ont contraint le DASEN a validé le retour aux 4 jours au cours de l’été.

Pour M. Blanquer, « les rythmes scolaires doivent pouvoir être aménagés à la réalité de chaque territoire, permettant de maintenir la semaine de quatre jours et demi là où cette organisation est satisfaisante. »

Pour le SNUDI-FO, au contraire, les rythmes scolaires ne peuvent être définis par commune, par école ou par territoire, en fonction de projets locaux. Il revendique le même rythme dans toutes les écoles :

4 jours par semaine (lundi, mardi, jeudi, vendredi) répartis sur 36 semaines !

Le SNUDI-FO s’opposera ainsi à toute réduction des congés scolaires (et en particulier des deux mois d’été) alors que le ministre a affirmé à plusieurs reprises vouloir ouvrir ce dossier.

L’Éducation nationale n’échappe pas à la logique d’austérité et de destruction des droits collectifs à l’oeuvre avec les ordonnances qui voudrait remettre en cause le Code du travail et inverser la hiérarchie des normes.

Le SNUDI-FO quant à lui maintient ses revendications :

► non aux ordonnances qui détruisent le Code du travail !

► aucun emploi aidé ne doit perdre son emploi !

► augmentation des salaires !

► non au jour de carence !

► 4 jours de classe (lundi mardi jeudi vendredi) sur 36 semaines pour toutes les écoles.■

Communiqué de rentrée du SNUDI FO en PJ


Carte scolaire : mesures d’ajustement de rentrée


CTSD : jeudi 7 septembre 2017

Si votre école est frappée par une fermeture de classe ou si les inscriptions estivales plaident en faveur d’une ouverture dès la rentrée, merci de nous transmettre d’urgence les informations qui nous permettront de défendre votre dossier lors du prochain CTSD prévu le 7 septembre :

Le SNUDI FO 33 vous invite à remplir ici l’enquête en ligne "carte scolaire" du SNUDI FO 33 ou en version papier en PJ

PDF - 135.3 ko
Enquête Carte scolaire 2017

Les représentants FO au CTSD vous contacteront dès réception de la fiche enquête complétée.

À la demande de FO, une audience est organisée mercredi 6 septembre à 14h30 à la DSDEN

Si vous souhaitez être accompagné en audience par vos représentants FO, communiquez-nous la composition de votre délégation (3 personnes maximum : la directrice/le directeur ou un enseignant de l’école, un parent élu, le maire ou un conseiller municipal => nous transmettre une liste nominative).

FO n’acceptera aucune fermeture de classe après la rentrée scolaire !

Renvoyez vos chiffres au SNUDI FO 33


L’évaluation en CP et en 6ème : un nouvel outil de contrôle des enseignants


…En fonction des résultats obtenus par les élèves, les enseignants « bénéficieraient » d’un « accompagnement » ou de « formations ».

Ceci fait étrangement écho au décret du 5 mai 2017 sur l’évaluation des enseignants qui prévoit un « accompagnement individuel ou collectif, à la demande des personnels ou à l’initiative de l’administration. » Ceci n’a rien à voir avec le droit à la formation dans la fonction publique comme en ont témoigné les formations-formatage de la réforme du collège.

Les enseignants seraient-ils sanctionnés si les résultats de leurs élèves étaient mauvais ?

Les déclarations du ministre dans la presse le 28 août 2018 : « il faut être capable de poser un diagnostic sur les forces et les faiblesses d’un établissement à un moment donné, l’aider à formuler son projet éducatif, l’aider à atteindre ses objectifs, et s’ils ne le sont pas, prendre des mesures avec l’établissement… » et sa volonté de mettre en place une évaluation triennale des établissements ne laissent rien présager de bon.

La FNEC FP-FO a rappelé que la lutte contre l’échec scolaire prônée par le ministre passe avant toute chose par l’amélioration des conditions de travail des enseignants et en premier lieu par la baisse des effectifs dans toutes les classes… Lire l’intégralité du communiqué de la FNEC FP FO


Recrutement des enseignants par le chef d’établissement : Alerte ! C’est tout le statut qui est visé


Après l’évaluation selon le projet d’établissement mise en place par N. Vallaud-Belkacem, M. Blanquer veut que les enseignants soient recrutés par le chef d’établissement.

Dans une interview donnée au Nouvel Observateur (édition du 23 au 30 août), Jean Michel Blanquer déclare : « Mon objectif est simple : des établissements avec des équipes unies, partageant un projet éducatif fort. Dans ce cadre, oui, il est logique que le chef d’établissement ait un rôle à jouer en matière de recrutement. (...) Les professeurs auraient tout à gagner à ces évolutions ».

C’est en totale cohérence avec l’idée développée dans son livre « L’école de demain », publié en 2016 : « Il faut repenser les mécanismes d’affectation et de mouvement qui constituent l’un des freins majeurs à la transformation du système éducatif », écrit-il. »Le recrutement sur profil pourrait être généralisé... comme c’est le cas dans l’enseignement privé ».

…Pour cela il faut aussi détricoter toutes les garanties statutaires des enseignants et faire du projet d’établissement -la loi locale- contre les droits et garanties nationales. Le droit à mutation, prévu par le statut de la fonction publique d’État dans cette logique est de trop !

… D’autres questions essentielles vont de pair. Les concours de recrutement, après validation du stage ouvrent droit à l’affectation sur un poste. Deviendront-ils autre chose qu’une habilitation à enseigner, à charge à l’enseignant de se faire recruter localement ?

Qui décidera de la paie et de l’avancement ? Va-t-on vers le salaire au mérite, comme évoqué pendant la campagne électorale par Emmanuel Macron ? D’ores et déjà l’évaluation Vallaud-Belkacem a un poids décisif dans l’attribution des réductions d’ancienneté pour un avancement accéléré, et la mise en place de la classe exceptionnelle ouvre la voie à une fonction publique d’emploi…. Lire la suite du communiqué de la FNEC FP FO ici

cale

Vous n'êtes pas identifié. Cet article n'est disponible que pour les Adhérents.
Documents Liés
2017 08 31 Rentrée 2017
PDF - 525.3 ko
Enquête Carte scolaire 2017
PDF - 135.3 ko
Rechercher sur le Site
Dans la même Rubrique
FlashActu 36 : Audience DSDEN : FO dépose les revendications
FlashActu 34 : CR du CHSCT : Inclusion scolaire / fiches SST / contrats aidés
FlashActu 33 : spécial "mouvement INTER-départemental"
FlashActu 32 : changement échelon 2017/2018 : première victoire de FO / ATSEM : menaces sur l’école maternelle
FlashAct 31 : GREVE 16 nov 11h30 place République à BDX / Apprentissage
FlashActu 30 : sélection à l’université : mettre en échec l’offensive du gouvernement
FlashActu 29 : jeudi 16 nov : grève et mobilisation interprofessionnelle
FlashActu 27 : Inscrivez-vous nombreux aux RIS du SNUDI FO 33
FalshActu 26 : PPCR, HSE : en marche vers l’austérité !
FlashActu 25 : 10 octobre, l’imposante mobilisation des fonctionnaires
FlashActu 24 : PE Stagiaire : jury licencieur, jury déshonneur ! Notre STATUT seul rempart contre la PRÉCARITÉ
FlashActu 23 : Les PE répondent massivement à l’appel à la grève du 10 octobre
FlashActu 22 : Mardi 10 octobre ! Amplifions la mobilisation !
FlashActu 19 : Les IEN passent, les RIS demeurent ....
FlashActu 18 : Tous en Grève le 10 octobre : Informez le SNUDI de l’état de la mobilisation dans vos écoles
FlashActu 17 : Contrats Aidés : pétition intersyndicale - 10 octobre : TOUS en GREVE !
FlashActu 15 : Évaluations CP et autres / Grève 10 octobre
FlashActu 14 : RIS du SNUDI FO 33 : participez nombreux !
FalshActu 13 : jeudi 21 septembre l’UD FO 33 sera dans le cortège - RIS : venez nombreux !
FlashActu 12 : Contractuels-contrats aidés-ordonnances = PRÉCARITÉ
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |> |...
SPIP 2.0.25 [21260] habillé par le Snudi Fo