Syndicat des Directeurs, Instituteurs et Professeurs des Écoles. Section de la Gironde
17 Quai de la Monnaie - 33080 BORDEAUX CEDEX | 05 57 95 07 61 | snudifo33@yahoo.fr


2 juillet 2015 |
CAPD : Déclaration préalable
Publié; le 2 juillet 2015, mis à jour le 10 septembre 2015 | Snudi Fo 33

Déclaration liminaire du SNUDI FO 33

CAPD du 2 JUILLET 2015

Monsieur le Directeur Académique,

Au terme de cette année scolaire 2014/2015, le SNUDI FO 33 souhaite dresser son bilan de la mise en place de la réforme des rythmes scolaires. Tout d’abord, nous ne pouvons passer sous silence la désapprobation grandissante des collègues à son encontre. L’écho a priori favorable suscité par cette réforme, entretenu par tous les soutiens du gouvernement, n’a pas résisté à une année de pratique dans les écoles.

Le constat le plus fréquent est celui d’un accroissement marqué de la fatigue tant des enfants dont certains font de honteuses journées de 10h, que des enseignants qui n’ont plus d’espace de travail et des personnels territoriaux qui sont baladés entre la cantine et le TAPS. Nous ne pouvons que constater la détérioration concrète de nos conditions de travail.

En ce qui concerne les temps partiels, Force Ouvrière ne peut accepter la remise en cause de ce droit suite à la mise en place de la réforme des rythmes scolaires. En effet, en prévision de la rentrée 2015, de très nombreux collègues se sont vus notifiés très tardivement un refus pour des motifs arbitraires. Lors des entretiens organisés en catastrophe, les raisons invoquées correspondaient uniquement aux nécessités de service, sans prendre en compte la situation personnelle des agents. Ces refus massifs entraînent une dégradation sensible des conditions de travail de l’agent, et l’administration doit en assumer l’entière responsabilité ! Choisir un temps partiel est un droit des fonctionnaires et Force Ouvrière s’engage à le défendre.

Le SNUDI FO avait mis en garde et exprimé des craintes sur les difficultés de fonctionnement que la réforme allait engendrer ... A titre d’exemple, on peut commencer par citer les décharges de direction. Au Snudi Fo, on ne comprend pas comment 1/3 + 1/4 + 1/4 + 1/4 = 1. En effet, des directeurs d’écoles de 4 à 8 classes nous ont signalé qu’ils n’auraient qu’un seul jour de décharge par semaine au lieu d’un quart temps. Ainsi, un même TRS, ferait les décharges de 3 directeurs à 1/4 temps et d’un directeur à 1/3 temps ! Forcément, des collègues directeurs se retrouvent pénalisés. In fine, certains se retrouvent avec une journée de décharge au lieu d’une journée et un mercredi sur 4.

Le SNUDI FO 33 considère qu’un directeur qui a un ¼ de décharge doit avoir 6H déchargées sur les 24h d’enseignement. 24h/4 font bien 6h. Pour FO il doit y avoir égalité de traitement entre tous les directeurs qui ont un ¼ de décharge. Tous doivent avoir un mercredi sur 4 en plus de leur journée à 5h15. Les services de la République Française se doivent d’être les premiers à respecter la loi ! Ce point fait l’objet de l’une de nos questions diverses. Nous espérons pouvoir apporter une réponse satisfaisante à nos collègues directeurs à la suite de cette CAPD.

Continuons avec le mode de récupération des heures en « sur service » de nos collègues ZIL, BD et TRS. En cette fin d’année, des collègues, ZIL pour la plupart, se retrouvent avec un nombre d’heures en « sur service » inférieur à 3 h. Ils doivent donc pouvoir récupérer ce temps d’ici fin juin.

Ainsi, une enseignante demande à son IEN d’être libérée mercredi 1er juillet au matin, afin de pouvoir solder ses heures en « sur service ». La réponse de son IEN fut pour le moins surprenante : en effet, il est demandé à notre collègue de prendre la classe d’une enseignante de l’école de 8h30 à 10h alors que cette dernière n’a absolument pas prévu de s’absenter et notre collègue ZIL sera libérée de ses fonctions uniquement à partir de 10h et jusqu’à 11h30.

Pour le SNUDI FO, qui soutient ces personnels remplaçants souvent mis à mal, il est inacceptable que la récupération des heures en « sur service » soit faite de cette manière. Ainsi, nous demandons que les collègues qui sont ou seront dans une situation similaire puissent bénéficier d’une demi-journée entière de récupération.

Pour finir, nous pouvons mettre en avant la situation dramatique de nos collègues TRS. Il devient impossible de composer leur service. Le SNUDI FO continue de revendiquer la nomination des TRS au 2nd mouvement à titre provisoire et que la composition de leur service soit connue au moment de la formulation des vœux. Plusieurs TRS ont saisi le SNUDI FO afin de vous faire part des difficultés inhérentes à leur fonction. Nous aurons l’occasion lors des questions diverses de développer ce point.

Ces différentes situations montrent une nouvelle fois de manière concrète le désastre de la réforme des rythmes scolaires dont FO exige toujours l’abandon.

Le SNUDI FO souhaite aussi que soit soulignée la somme de travail assumée par les services administratifs et engendrée par cette réforme. Dans les services, on déploie des trésors d’énergie pour remplir les missions malgré une évidente insuffisance d’effectif.

Ainsi si l’on met tout cela bout à bout, on arrive à une liste, malheureusement non exhaustive, de sujets de mécontentements : la réforme du collège ; le point d’indice gelé depuis août 2010 ; la casse du statut de fonctionnaire ; les fermetures et non ouvertures nécessaires de classes ; le manque criant de postes de remplaçants ; le refus de beaucoup de temps partiels, le peu d’ineats accordés , la diminution du renouvellement des demandes de disponibilité, des congés de formation refusés....

Force Ouvrière y voit les conséquences désastreuses de l’actuelle politique d’austérité et du pacte de responsabilité imposés par le gouvernement conformément aux directives de l’Union Européenne qui frappent tous les salariés en Europe ! Pour force Ouvrière ce n’est pas acceptable !

Au niveau de l’enseignement du 1er degré Force Ouvrière continue de demander avec détermination l’abrogation des décrets Hamon/Peillon. Nous vous remercions de votre attention.

Pour le SNUDI-FO33 : Nathalie Alexandre, Marlène Fernandez, Laure Pena, Cindy Garcia, Laurent Haye, Célia Vigeant,

cale




SPIP 2.0.25 [21260] habillé par le Snudi Fo