Syndicat des Directeurs, Instituteurs et Professeurs des Écoles. Section de la Gironde
17 Quai de la Monnaie - 33080 BORDEAUX CEDEX | 05 57 95 07 61 | snudifo33@yahoo.fr


9 mai 2015 |
FlashActu 70 : CAPD 7 mai déclaration et CR/ grève 19 mai enseignement et territoriaux FO
Publié; le 9 mai 2015 | Snudi Fo 33

Déclaration préalable FO

CAPD du 7 mai 2015

Monsieur le Président,

A l’occasion du premier mai, le secrétaire général de notre confédération Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly, était invité à participer à notre meeting à Bordeaux. A cette occasion, il a rappelé que le premier mai n’était pas « la fête du travail » terme utilisé par le Maréchal Pétain , mais que c’était plutôt depuis l’origine, une journée internationale de revendications des salariés. Il a très justement rappelé à quel point les restrictions budgétaires drastiques qui découlent du pacte de responsabilité amènent une dégradation significative des conditions générales de travail en France, et en particulier dans l’éducation Nationale.

Nos revendications concernent ici les problèmes de remplacements de plus en plus nombreux. Le nombre de journées non remplacées peut atteindre plusieurs semaines pour une même classe. Ces problèmes de remplacements sont d’autant plus problématiques en cas d’absences de droit, comme pour les délégués du personnel qui siègent dans les instances administratives paritaires et qui ne bénéficient pas systématiquement d’un remplaçant. Cela induit alors des pressions injustifiées : celles des parents, des collègues, de certains directeurs. Nous mêmes ressentons la pression liée à notre conscience professionnelle à quoi s’ajoute celle de notre hiérarchie qui, parfois, essaie de nous empêcher, de façon plus ou moins directe, d’exercer ce droit syndical. Un droit qui, issu de l’organisation des salariés, est un levier de progrès social qui permet de lutter contre les inégalités, de s’élever contre toutes formes d’abus et/ou d’injustice. On retiendra que le musellement ou la disparition des syndicats dans les pays non démocratiques est régulièrement avancé par nos dirigeants pour expliquer l’absence des progrès sociaux.

Dans notre métier, avec les problèmes croissants de remplacements et au prétexte de ces problèmes, nous avons de plus en plus de difficultés à faire respecter le droit syndical pourtant fondamental et sans lequel nous ne pourrions plus défendre les collègues et leurs droits.

QUE DISENT LES TEXTES ?

Concernant les droits liés aux Réunions d’Informations Syndicales, nous nous permettons de rappeler quelques principes définis dans les textes officiels :

D’après l’arrêté EN du 29 août 2014, chaque collègue a droit à trois demi-journées de RIS par année scolaire : « Les personnels enseignants relevant du ministère de l’éducation Nationale qui exercent leurs fonctions dans les écoles maternelles et élémentaires ont le droit de participer aux réunions d’information intervenant pendant les heures de service [...] à raison de trois demi-journées par année scolaire ».

Quant à l’interdiction de se rendre à une RIS pour raison de service ou encore parce qu’un quota de participants est imposé, cela n’est pas légalement possible si l’on se réfère à la circulaire EN n°2014-120 du 16 septembre 2014, début de l’article 2 : « … Afin de garantir la prise en charge des élèves, les modalités d’organisation des RIS font l’objet d’une concertation entre d’une part les organisations syndicales organisatrices et, d’autre part les inspecteurs de l’éducation nationale au moins une semaine avant chaque date des dates retenues » Ainsi, si le syndicat organisateur, et lui seul, n’a pas été contacté par l’administration dans ce délai, la RIS est réputée pouvoir se tenir sans restriction.

48 heures de délai suffisent pour prévenir de la participation à une RIS, si elle est sur temps scolaire, comme l’indique l’article 2 de la même circulaire : « En outre afin de faciliter l’organisation de ces réunions et d’ajuster les modalités de prise en charge des élèves, les personnels enseignants souhaitant y participer doivent prévenir l’autorité hiérarchique dont ils relèvent au moins 48 heures avant la date prévue. »

Enfin, on soulignera que la participation à une RIS ne relève pas d’une autorisation d’absence mais seulement d’une information à l’IEN, de même que la participation à toute instance administrative paritaire pour laquelle on reçoit une convocation de l’administration.

LES REVENDICATIONS DE FORCE OUVRIÈRE

Pour Force Ouvrière, les restrictions budgétaires et les réductions d’effectifs dans l’éducation Nationale ne peuvent qu’amener des problèmes de remplacements, le nombre d’enseignants devant élèves ne cessant de diminuer. Pour autant, malgré les difficultés de gestion du personnel, il nous semble primordial que l’administration mette tout en œuvre pour faciliter le travail syndical et éviter au maximum de mettre les collègues dans des situations de pression de plus en plus difficile à supporter.

L’égalité des droits est une valeur fondamentale de la République Française. C’est pourquoi nous trouvons inadmissible de devoir nous justifier sans cesse pour exercer notre droit syndical, « Le droit qui permet de faire respecter tous ceux des autres . »

Une étude publiée par deux économistes appartenant au FMI que l’on ne peut soupçonner de sympathie syndicale, démontre la corrélation entre l’existence des syndicats et la part des revenus des actionnaires. En effet, d’après eux, je cite : « En réduisant l’influence des salariés sur les décisions des entreprises », l’affaiblissement des syndicats a permis d’« augmenter la part des revenus constitués par les rémunérations de la haute direction et des actionnaires ». La lutte contre les inégalités étant chère à Force Ouvrière, nous ne pouvons qu’être révoltés quand ce droit syndical, synonyme d’émancipation et de liberté est bafoué.

Oui, Monsieur le Président, vous avez un rôle à jouer concernant les professeurs des écoles pour que perdurent les syndicats : en faisant en sorte que les absences syndicales prévues dans les délais légaux, et encore plus pour les absences liées à une convocation administrative, soient systématiquement remplacées. Il est certain que de cette façon, les pressions s’apaiseront d’elles-mêmes, les parents seront rassurés, nos collègues n’auront plus à assumer nos absences répétées en accueillant nos élèves, et enfin, de façon plus générale, tous pourront compter sur un engagement entier des représentants élus qui assumeront leur mandat plus sereinement.

Enfin les organisations syndicales SNFOLC SNETAA FO SNES FSU SUD éducation SNALC appellent à la grève pour le retrait de la réforme du collège.

Le SNUDI Force Ouvrière a décidé d’ appeler tous les PE à se mettre en grève le même jour, mardi 19 mai, pour le retrait de la réforme des rythmes scolaires.

En effet nous ne pouvons que nous opposer à cette logique qui est la même pour l’école et le collège : l’austérité et la territorialisation des statuts. Dans les collèges la déclinaison de la loi de refondation Peillon c’est la « réforme » des collèges, c’est la remise en cause du décret de 1950 des professeurs. Dans les écoles la déclinaison de la loi de refondation Peillon ce sont les rythmes Peillon/Hamon/Vallaud Belkacem. C’est le même processus destructeur de territorialisation qui est à l’œuvre.

Pour Force Ouvrière, les revendications demeurent :
- Abrogation des décrets Peillon/Hamon
- Annulation de toutes les fermetures d’écoles, de classes, de postes spécialisés
- Retrait de la réforme du collège

Compte rendu complet en pièce jointe Remplacements, Allègements de service, congés formation, temps partiels, Zil/ BD, questions diverses etc …

La FSPS FO (territoriaux) appellent les personnels à la grève le 19 mai pour :
- l’abrogation de la loi MAPTAM,(modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles)
- l ’abrogation de la loi de délimitation des régions,
- l’abandon du projet de loi NOtre, (nouvelle organisation territoriale de la République)
- le retrait du pacte de responsabilité et du plan de réduction des dépenses publiques,

Le SNUDI FO 33 vous appelle à rejoindre le syndicalisme ouvrier confédéré ! La différence c’est l’indépendance ! Adhérez à FO !

cale




SPIP 2.0.25 [21260] habillé par le Snudi Fo