Syndicat des Directeurs, Instituteurs et Professeurs des Écoles. Section de la Gironde
17 Quai de la Monnaie - 33080 BORDEAUX CEDEX | 05 57 95 07 61 | snudifo33@yahoo.fr


23 janvier 2015 |
FlashActu 41 : Extraits résolution bureau national SNUDI FO - Rythmes scolaires - Carte Scolaire - M@gistère - Calendrier scolaire -
Publié; le 23 janvier 2015, mis à jour le 26 janvier 2015 | Snudi Fo 33

Extraits - 23 janvier 2015

Résolution du Bureau National du SNUDI FO

Le Bureau National (BN) du SNUDI-FO se réunit deux semaines après les odieux attentats et prises d’otage condamnés sans réserve par la CGT-FO qui a renouvelé son attachement à la liberté de la presse en toutes circonstances et qui s’est positionnée de manière à préserver l’indépendance syndicale de notre confédération.

Il se réunit aussi aux lendemains des vœux du Président de la République à l’Éducation nationale et de ceux de la ministre qui ont annoncé plusieurs mesures suite à ces événements. Pour le BN, c’est effectivement le renforcement de la République et de la Laïcité qui est à l’ordre du jour.

C‘est pourquoi pour FO, le strict respect de la laïcité institutionnelle est incompatible avec l’enseignement du « fait religieux » comme le préconise le chef de l’Etat et sa ministre à travers l’enseignement moral et civil.

Le BN réaffirme que contrairement aux annonces de la ministre qui se déclare favorable à la participation de parents porteurs d’insigne religieux à des sorties scolaires et à d’autres activités, ni l’enseignement des religions, ni les représentants des religions, ni les groupes de pression parentaux n’ont leur place à l’école.

De la même manière, le BN affirme que la défense de la République est indissociable de l’existence des services publics d’État, de celle des fonctionnaires d’Etat.

C’est pourquoi il affirme que le cadre fixé par la réforme territoriale de dislocation de la Nation (cf communiqué confédéral du 19 janvier), par la loi de refondation de l’École, le transfert des missions de l’Éducation nationale aux collectivités via la réforme des rythmes scolaires ou les conventions de gestion de la carte scolaire du 1er degré par les élus locaux, tourne le dos à la défense du service public républicain et aux garanties statutaires des personnels.

Le BN déplore que malgré les effets d’annonces, l’école publique manque en fait de plus en plus de postes de PE et se débat dans une accumulation de contre-réformes prises en application de la loi de refondation de l’ex ministre Peillon.

Or pour l’heure, le BN constate que loin d’annoncer l’abandon de ces orientations, le Président et la ministre ont annoncé leur intention de poursuivre et d’amplifier sur la même ligne en passant à « l’acte II de la refondation de l’Ecole ».

La préparation de la grève interprofessionnelle à l’ordre du jour Le congrès confédéral (2 au 6 février) : une échéance importante

Le BN constate que le pacte de responsabilité est entré en application au 1er janvier avec ses 38 milliards de cadeaux au patronat, ses 50 milliards de coupes budgétaires. La réforme territoriale et ses 13 régions entre en vigueur. Au cours de l’année 2015 l’agenda du premier ministre intègre toutes les réformes : du projet de loi Macron, et de la refonte des seuils sociaux.

Dans le 1er degré, cela aboutira aussi à aggraver les orientations gouvernementales visant à disloquer l’école publique et le statut des personnels : généralisation des PEDT, refonte de la carte de l’éducation prioritaire, création d’une filière de métier de psychologues contre leurs statuts actuels, conventions en tous genres…(...)

le congrès confédéral de Force Ouvrière qui aura lieu du 2 au 6 février à Tours, devrait discuter d’une initiative de grève interprofessionnelle avec manifestation nationale, incluant le problème de l’action commune avec les organisations syndicales qui le voudront, pour faire barrage à la rigueur et à l’austérité que subissent tous les salariés.

(...)la préparation de la grève interprofessionnelle est plus que jamais à l’ordre du jour, afin de rassembler les salariés avec leurs organisations syndicales dans l’action commune pour le retrait du pacte de responsabilité, l’augmentation des salaires (FO revendique 8% sur le point d’indice pour rattraper ce qui a été perdu depuis 2010), la défense du statut de la fonction publique et des statuts particuliers et des services publics.

Rythmes scolaires

« On n’en peut plus. On en a assez. Il faut que ça cesse ! »

Poursuivre et amplifier nos interventions pour l’abrogation des décrets Peillon/Hamon

Comme l’a établi la conférence nationale du 19 novembre pour la suspension immédiate de la réforme des rythmes scolaires et l’abrogation des décrets Peillon/Hamon, les conséquences de la réforme sont désastreuses.

Pour avancer vers la territorialisation de l’école et préparer la généralisation des PEDT, les mairies, en relation avec les autorités académiques, multiplient les conventions, chartes et autres protocoles de nature contractuelle entre les enseignants et les élus locaux. (...) Avec la circulaire sur les PEDT publiée le 1er janvier 2015 la ministre veut avancer vers leur généralisation, véritable arme de guerre contre le statut de PE fonctionnaire d’Etat pour soumettre encore plus les enseignants aux collectivités locales.

Carte scolaire

Non au report des opérations, attribution des dotations de postes nécessaires Non aux conventions

Le BN condamne la décision de report des opérations par la ministre dans l’optique :

de masquer au plan politique les fermetures de classes issues des dotations insuffisantes

de séparer artificiellement les problèmes posés dans le 2nd degré de ceux qui vont se poser dans le 1er degré.

Cette décision de report, après les élections départementales, aurait :

soit pour conséquence de mettre en cause les opérations de mutation des personnels dans la mesure où des milliers se retrouveraient affectés sur des postes menacés de fermeture si les opérations de mouvement se déroulaient avant la carte scolaire ; soit de conduire de nombreux collègues à ne pas connaître leur affectation à la sortie des classes si les opérations de mouvement se déroulaient après la carte scolaire.

(…) le BN dénonce le fait que budget 2015, marqué par le pacte de responsabilité et ses 40 milliards d’économies, prévoit 2 511 EPT (équivalents temps plein) dans le premier degré dont 1 650 réservés pour les décharges de direction et des « allégements en REP+ » de 9 journées annuelles pour « changer leur méthode de travail »…

Ainsi, une fois retirés les moyens affectés aux dispositifs de la « refondation » : « plus de maîtres que de classes », « scolarisation des moins de 3 ans », il ne restera guère plus de 700 postes pour accueillir les 20 400 élèves supplémentaires, soit 1 pour 30 élèves. Dans ces conditions, le déficit actuel de plusieurs milliers de postes de remplaçants (2 000 selon l’administration) et la dislocation des RASED ne peuvent que s’aggraver.

La refonte de l’éducation prioritaire est aujourd’hui le prétexte à la remise en cause de l’ensemble des normes collectives actuelles (seuils d’ouverture, décharges de direction), pour tenter d’y opposer des critères subjectifs incontrôlables.

Le processus de territorialisation de l’école, engagé avec la mise en oeuvre de la contre-réforme des rythmes scolaires s’aggraverait avec une carte scolaire établie en fonction des politiques de la ville et des projets politiques municipaux.

M@gistère

Le BN dénonce le fait que la formation m@gistère, qui découle du nouveau décret sur les obligations de service des PE liées à la réforme des rythmes scolaires, met fin à la formation basée sur le volontariat des enseignants.

Cela conduit à ce que ce soit les IEN qui auraient autorité pour définir les « parcours de formation » et pour préinscrire les collègues en fonction des stages proposés dans les circonscriptions, réduits à deux parcours par niveau.

Le BN considère que cette formation est un outil de surveillance qui porte atteinte à la confidentialité puisque la connexion à cette application indique à tous si les PE sont connectés. De plus, il est prévu « un suivi et une validation des acquis » de la formation et que « l’IEN doit faire le lien entre l’activité de formation et les effets dans la classe ». Ces mesures sont contraires au statut et à la liberté pédagogique individuelle des PE.

Le BN dénonce le fait que cette formation instaure :

- le « télé-travail » à domicile qui remet en cause la séparation entre vie professionnelle et vie privée en imposant l’utilisation du matériel personnel ;

- la mise en place d’un dispositif d’auto évaluation qui figurait dans le décret CHATEL qui a été pourtant abrogé.

Le BN mandate le SN pour intervenir auprès du ministre pour qu’il suspende son application dans les départements, ou à tout le moins à ne pas la rendre obligatoire.

Calendrier scolaire

Le calendrier scolaire 2015/2016 prévoit une prérentrée le 28 août et une rentrée le 31 août soit une année scolaire de plus de 36 semaines.

Pour la ministre la journée de prérentrée effectuée hors la présence des élèves doit être récupérée.

Le BN du SNUDI FO ne peut accepter une rentrée en août. Il demande avec la FNEC que le calendrier scolaire respecte 2 principes : pas de prérentrée et pas de rentrée au mois d’août et la journée de prérentrée est une véritable journée de travail qui fait partie intégrante de l’année scolaire.

Le SNUDI FO 33 vous appelle à rejoindre le syndicalisme ouvrier confédéré !

La différence c’est l’indépendance !

Adhérez à FO

cale

Vous n'êtes pas identifié. Cet article n'est disponible que pour les Adhérents.
Rechercher sur le Site
Dans la même Rubrique
FlashActu 24 : PE Stagiaire : jury licencieur, jury déshonneur ! Notre STATUT seul rempart contre la PRÉCARITÉ
FlashActu 23 : Les PE répondent massivement à l’appel à la grève du 10 octobre
FlashActu 22 : Mardi 10 octobre ! Amplifions la mobilisation !
FlashActu 19 : Les IEN passent, les RIS demeurent ....
FlashActu 18 : Tous en Grève le 10 octobre : Informez le SNUDI de l’état de la mobilisation dans vos écoles
FlashActu 17 : Contrats Aidés : pétition intersyndicale - 10 octobre : TOUS en GREVE !
FlashActu 15 : Évaluations CP et autres / Grève 10 octobre
FlashActu 14 : RIS du SNUDI FO 33 : participez nombreux !
FalshActu 13 : jeudi 21 septembre l’UD FO 33 sera dans le cortège - RIS : venez nombreux !
FlashActu 12 : Contractuels-contrats aidés-ordonnances = PRÉCARITÉ
FlashActu 11 : 12 000 "fainéants" ont battu le pavé à Bordeaux
FlashActu 10 : Accident de service : la bataille est rude ! FO opiniâtre !
FlashActu 09 : Contrats aidés : résistance et mobilisation 12 sept
FlashActu 08 : CR du CTSD du 7 sept : carte scolaire/contrats aidés
FlashActu 07 : La FNEC FP FO exige le retrait des ordonnances !
FlashActu 05 : mardi 12 sept 11h30 à Bordeaux : Retrait des ordonnances !
FlashActu 04 : RENTRÉE 2017 : peut-elle avoir lieu dans ces conditions inacceptables ?
FlashActu 02 : CR de la CAPD du 29 août. La rentrée 2017 en fanfare !
FlashActu 01 : Suppression des contrats aidés / Rythmes sco : 27% des communes girondines à 4 jours
FlashActu 79 : CAPD du 4 juillet : Ineat/exeat - mvt complémentaire - PES/liste complémentaire
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |> |...
SPIP 2.0.25 [21260] habillé par le Snudi Fo