Syndicat des Directeurs, Instituteurs et Professeurs des Écoles. Section de la Gironde
17 Quai de la Monnaie - 33080 BORDEAUX CEDEX | 05 57 95 07 61 | snudifo33@yahoo.fr


21 mars 2014 | CHSCT 33
Visite & entretien avec les personnels d’une école maternelle de Bordeaux : Mise en place des registres : PPMS, DUER, SST …
Publié; le 3 avril 2014 | Snudi Fo 33

Composition de la délégation : les 4 représentants des personnels et un représentant de l’administration, secrétaire général absent excusé.

A. Les registres :

1°) Registre incendie :

La direction explique : Depuis 2009 à la demande de la mairie, Le registre est commun avec l’école élémentaire et la crèche. Il est à l’école élémentaire. Il y a eu deux exercices cette année, un pour tester l’alarme et un à la demande de la direction pour tester le protocole. Il s’est avéré que certaines portes coupe-feu ont mis 4h à se déclencher.

2°) PPMS : Plan Particulier de Mise en Sûreté

La direction explique : À son arrivée la direction a trouvé plusieurs ébauches de PPMS. Bordeaux est une grosse commune et il semble difficile de pouvoir travailler en concertation avec la mairie. Il se pose le problème du temps de concertation pour réunir ensemble tous les personnels concernés : mairie pour le périscolaire, centre d’animation avec la reforme du temps scolaire. Il existe dans l’école une valise PPMS, mais dans laquelle tous les produits sont périmés. La direction envisage de le rédiger en se limitant à sa seule responsabilité, c’ est à dire durant le temps scolaire. Elle s’interroge sur le fait d’établir un tel document seule, sans concertation avec les autres acteurs.

Intervention de l’administration Elle rappelle que l’assistant de prévention de la circonscription peut aider à la rédaction. Elle affirme qu’il est de la responsabilité de la direction de le mettre en place et qu’elle en a l’obligation.

Pour Force Ouvrière Il est inconcevable que chaque école de Bordeaux rédige dans son coin son PPMS, alors que cela nécessite forcément une articulation avec la Préfecture et la mairie. L’élaboration unilatérale d’un PPMS peut même s’avérer dangereux.

Consigne syndicale aux Directeurs et Conseils de Maîtres confrontés à des pressions pour faire un PPMS Ne pas élaborer ni signer un "PPMS", mais demander au Maire de la commune, par écrit, de faire parvenir les modalités du Plan Communal de Sauvegarde prévues pour leur établissement scolaire qui déterminent les conditions de mise en sauvegarde en cas de risques majeurs, naturels, industriels ou accidentels des personnels et des élèves.

3°) DUER : Document Unique d’Évaluation des Risques

La direction explique Il n’y en a pas trace dans l’école.

Intervention de l’administration Elle informe la direction de la version numérisée, du listing des risques professionnels et l’invite à contacter l’IEN qui détient les codes d’accès pour initialiser son école. « Si jamais il fallait aller au pénal, le juge demanderait le DUER ».

Pour FO et au regard des textes, c’est à l’employeur qu’incombe l’obligation d’établir le Document Unique. Le Ministère de l’Education Nationale tente sans cesse de transférer ses responsabilités d’employeur sur les chefs d’établissement voire les directeurs d’écoles. Pour la FNEC FP FO les choses sont claires, c’est à l’employeur d’en assumer la responsabilité (Les recteurs ou les Inspecteurs d’académie pour les fonctionnaires d’Etat) Les directeurs d’écoles ne sont pas employeurs !

4°) Registre SST : Registre Santé & Sécurité au travail

La direction explique Suite à l’envoi par la DSDEN des documents et de la demande de mise en place du registre SST, l’IEN a adressé un courriel aux directeurs leur demandant de ne pas le mettre en place.

Intervention de l’administration Elle affirme que ce document doit être à la disposition de tous les usagers de l’école et notamment des parents.

Commentaire de FO : on voit bien la volonté de l’administration que ce registre devienne un registre de « bobogie » concernant la santé et la sécurité des élèves alors qu’il concerne les personnels et particulièrement les enseignants. Tous les usagers peuvent y avoir accès à condition que cela concerne les personnels.

B. Entretiens avec les personnels enseignants :

1°) Non remplacement des enseignants absents

Cette situation a été signalée par tous les personnels de façon récurrente et particulièrement cette année. La réorganisation que cela implique en interne dans l’école a des répercutions sur l’ensemble de l’équipe :
- une collègue absente, c’est 8 élèves supplémentaires par classe
- deux collègues absentes, c’est 2 classes pour une enseignante. Le cas s’est produit durant 48h cet hiver. Les collègues avaient 45 élèves répartis dans 2 classes, certains parents ayant accepté de garder leur enfant. Les collègues se mettaient à la porte de communication des 2 classes pour « surveiller » les élèves.
- Sur la période janvier-février, les enseignantes n’ont eu leur classe à effectif normal qu’une semaine.

Informé de la situation, l’ien déclare :

« On ne peut pas faire autrement »

Cette situation génère :
- de la fatigue et du stress chez les enseignantes,
- des problèmes de sécurité et donc de responsabilité,
- de la frustration du fait de l’impossibilité de remplir correctement sa mission d’enseignement,
- de la culpabilité à s’arrêter, toutes ont déclarées être venues travailler malades, repoussant sans cesse leurs limites.

2°) La gestion faite des remplaçants Pour apaiser une situation de crise, certains remplaçants sont déplacés du soir au lendemain alors que leur remplacement devait se poursuivre. Ils ne peuvent achever leur travail dans la classe dans laquelle ils s’étaient investis (projet, matériel…). D’où un sentiment de non reconnaissance et de non respect de leur travail.

3°) L’absence de médecine du travail est signalée et regrettée alors que la profession est à risque.

4°) Le froid Tous les personnels se sont plaints du froid dans les couloirs, salle de réunion, certaines classes …

5°) Temps de travail Toutes signalent travailler sur la pause méridienne, dans leur classe ou en réunion. La réorganisation liée à la reforme des rythmes, crée de l’inquiétude pour l’avenir. Certaines classes occupées par les TAP, durant la pose méridienne ne seront plus disponibles pour le travail personnel des enseignants. Cela va alourdir leur charge de travail à domicile, et impacter leur vie personnelle.

cale




SPIP 2.0.25 [21260] habillé par le Snudi Fo