Syndicat des Directeurs, Instituteurs et Professeurs des Écoles. Section de la Gironde
17 Quai de la Monnaie - 33080 BORDEAUX CEDEX | 05 57 95 07 61 | snudifo33@yahoo.fr


Vendredi 14 juin 2013 |
Visite & entretiens avec les personnels de la Dsden de la Gironde
Publié; le 14 juin 2013, mis à jour le 20 juin 2013 | Snudi Fo 33

Compte rendu rédigé par la FNEC-FP FO et l’UNSA

Compte rendu entretiens DRH

Depuis 2010 et l’application de la RGPP, l’ensemble des services de la DSDEN a perdu environ 50 Personnes. Les dernières réformes ont induit de nouvelles missions qui ont sensiblement augmenté la charge de travail des personnels. De plus certains logiciels ne sont pas adaptés en temps voulus, notamment ceux gérant les temps partiels du 80 % hebdomadaire.

Les conditions de travail sont décrites comme "assez intolérables".

— Certains personnels en sont à plus de 100 heures de dépassement depuis janvier 2013. Ils travaillent jusqu’à 8 à 9H00 par jours alors qu’ils sont aux 35H00.
— Cette année, les vacances seront raccourcies à 3 semaines à caler sur la fermeture de la DSDEN, alors que certains personnels n’ont pas pu prendre de congé depuis décembre.
— Les tâches administratives et techniques deviennent ingérables lorsque les personnels doivent en plus répondre ou accueillir du public qui vient se plaindre de son cas personnel et parfois de façon agressive.
— Lorsque les personnels ouvrent leur boîte électronique, ils doivent souvent traiter jusqu’à 150 courriels, ce qui peut prendre jusqu’au milieu de l’après midi. Certains mails sont " très mal ressentis", parfois "violents".

Voici quelques propos extraits de nos entretiens :

- "très angoissants", "catastrophique", "on n’a plus les moyens de sereinement travailler". Certains personnels parlent de "burn out", de "folie", de "colère". Ils ont "peur de la rentrée dans le cadre des rythmes scolaires", "font de leur mieux donnent beaucoup pour pas grand-chose",

Les personnels ressentent leur expertise méprisée notamment lorsque le DASEN les interroge sur des questions "de BA.ba de l’éducation nationale". En outre, des parapheurs sont retournés non signés pour "des points de détail qui ne le justifie pas" ; des courriers sont bloqués pour une virgule, d’autres pourtant anodins doivent être réécrits jusqu’à 5 fois. Les personnels " sont inquiets".

Les personnels se sont également plaints d’ "un flou usant". Ils faisaient référence à la provenance et à la soudaineté des décisions (Ministère, Rectorat et DSDEN). Par exemple le ministère prend la décision d’élargir le nombre d’INEAt sans que la décision ne soit répercutée dans les services. D’autre part, le flou dans l’évolution du traitement des dossiers où la gestion des cas particuliers prend une part de plus en plus importante.

Enfin, ne passons pas sous silence la situation des cadres C qui touchent 1.500 euros en fin de carrière sans aucune perspective et un avancement sporadique. Cela créé de plus un malaise auprès des autres catégories qui partagent leur tâche.

Il nous a été rapporté que "toutes les difficultés [évoquées plus haut] sont niées par la hiérarchie", qui pratiquerait "une politique de l’autruche" et "du rafistolage" alors que la situation nécessiterait "restructuration et réorganisation".

AVIS : Le CHSCT demande la création de postes en nombres suffisants afin d’absorber le surcroît de travail dans ce service.

Compte Rendu Visite bureau 329

Ce bureau traitent spécifiquement des contrats AVS, AED & intervenants en langues.

Deux personnes s’occupent de la paye ce qui nécessite une certaine concentration. Les deux autres sont amenées à recevoir du public. Cela pose d’évidents problèmes d’une part de confidentialités d’autre part de cohabitation. "3 téléphones peuvent sonner ensemble alors qu’une 4° reçoit en rendez-vous un personnel pour le traitement de son dossier. Le matériel est inadapté, souvent de récupération. Une personne n’a pas de téléphone, ni de bureau (simple table) et une chaise qui ne se règle pas. Les problèmes récurrents d’ergonomie "petites choses qui s’accumulent" deviennent usants. Dans le bureau, on note des TMS comme des cervicalgies, des tendinites, des fatigues visuelles.

À cela s’ajoute une pénurie de petite fourniture, à tel point que certaines s’achètent leur papeterie.

Alors que la mutualisation a conduit à employer 8 personnes supplémentaires pour la gestion des PE, ce service n’enregistre aucune embauche. Pourtant la gestion de contrat AVS, AED et intervenants en langues s’avère plus complexe à gérer.

Aujourd’hui, ces personnels traitent 400 dossiers ; ils devront en traiter plus de 900 à la rentrée prochaine. Ils sont à juste titre, particulièrement inquiets.

AVIS : le CHSCT demande la visite d’un expert en ergonomie afin de trouver des solutions aux problèmes rencontrés.

AVIS : Le CHSCT demande la création de postes en nombres suffisants afin d’absorber le surcroît de travail dans ce service.

Bordeaux, le 14 juin 2013

cale




SPIP 2.0.25 [21260] habillé par le Snudi Fo